Allergie aux pollens : carte, symptômes, graminées, que faire ?

[Mise à jour le 13 mai 2022 à 10h37] Les concentrations de pollens de graminées augmentent sur tout le territoire et vont encore augmenter ces jours prochains. Le risque d'allergie est faible pour les derniers pollens de bouleau. Le risque d'allergie ne dépassera pas le niveau moyen pour les pollens de chêne, prévient le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA) le 11 mai 2022. Quels sont les symptômes d'une allergie au pollen ? Comment la soigner ? Quand prendre des médicaments ? Se faire désensibiliser ? Notre guide pratique. 

Carte : où sont présents les pollens en ce moment ?

Les pollens de graminées augmentent sur tout le territoire. Le risque d'allergie est faible pour les derniers pollens de bouleau, sauf dans certains départements du nord-est du pays où il pourra atteindre le niveau moyen. Les pollens de chêne sont très abondants dans l'air mais le risque d'allergie ne dépassera pas le niveau moyen, prévient le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA) le 11 mai. Dans le Var et les Alpes Maritimes, les Alpes de Haute-Provence et les Hautes-Alpes, l'association des pollens de graminées, chêne, Cupressacées (cyprès, thuya…) et Urticacées (pariétaires) donnera un risque d'allergie global élevé.

Carte des pollens en France par département au 11 mai 2022
Carte des pollens en France par département au 11 mai 2022 © RNSA

Liste des départements où le risque d'allergie est élevé selon le RNSA : Ardennes (08), Marne (51), Meuse (55), Moselle (57), Bas-Rhin (67), Deux-Sèvres (79), Charente-Maritime (17), Cantal (15), Rhône (69), Isère (38), Ardèche (07), Drôme (26), Hautes-Alpes (05), Alpes-de-Haute-Provence (04), Alpes Maritimes (06), Var (83), Morbihan (56), Maine-et-Loire (49), Andorre (99), Vaucluse (84), Ardèche (07), Haute-Loire (43), Lozère (48), Cantal (15), Puy-de-Dôme (63), Saône-et-Loire (71), Côte d'Or (21), Yonne (89).

Définition : c'est quoi les pollens ?

"Les pollens sont les éléments reproducteurs mâles des plantes. Ils sont libérés pour permettre la fécondation. La pollinisation correspond quant à elle au transport du grain de pollen vers le stigmate de fleur femelle", explique le Dr Delphine Prince. On distingue deux grands types de pollens :

► Pollens anémophiles (anemos, vent). Ils ont un fort pouvoir allergisant. Ils sont émis en grande quantités par la végétation et dispersés par le vent sur des dizaines voire des centaines de kilomètres. Leur petite taille leur permet de pénétrer facilement les voies aériennes. Ce sont les principaux responsables des réactions allergiques.

► Pollens entomophiles (entomos, insectes). Ils sont transportés de fleur en fleur par les insectes. Ils jouent un rôle secondaire dans le déclenchement des allergies, responsables surtout d'allergies de proximité, par exemple d'allergies aux fleurs coupées ou d'allergies professionnelles.

Quels sont les symptômes d'une allergie aux pollens ?

Les patients atteints de rhinite pollinique souffrent tous les ans, à la même période, des mêmes manifestations dont la durée et l'intensité peuvent augmenter avec le temps :

  • La rhinite allergique : les manifestations touchent le nez, la gorge, les oreilles. On observe des démangeaisons (du nez, de la gorge, du palais, des oreilles), éternuements, nez qui coule, nez bouché avec à l'extrême une perte de l'odorat. "Lorsqu'ils sont intenses, les signes de la rhinite allergique peuvent gêner le sommeil, les activités quotidiennes et être responsables d'une fatigue et de troubles de la concentration", précise l'allergologue.
  • La conjonctivite allergique : Les manifestations touchent les yeux.
  • Larmoiements, yeux rouges et démangeaisons, accompagnent très fréquemment la rhinite allergique.
  • Asthme : une rhinite allergique pollinique peut s'accompagner d'un asthme. Près d'un allergique aux pollens sur deux présente des épisodes de toux, d'essoufflement, de sifflements, caractéristiques de la maladie asthmatique. Les patients ne réalisent pas toujours que ces symptômes sont des signes d'asthme et ne prennent pas de traitement adapté.

"N'attendez pas pour consulter : l'allergie aux pollens nécessite un diagnostic rapide. Les traitements proposés permettent de soulager rapidement les allergiques et d'éviter l'aggravation des manifestations", remarque le Dr Prince.

Traitements : quels médicaments prendre en cas d'allergie aux pollens ?

"Le traitement de l'allergie comprend 3 faisceaux", explique le Dr Prince :

  • Les mesures d'éviction consistent à éviter le contact avec son allergène. Il est difficile ici d'empêcher la végétation de polliniser.
  • Les traitements symptomatiques qui consistent à prendre des médicaments peuvent soulager vos symptômes. Selon les personnes, les signes peuvent être présents pendant quelques jours, voire pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois d'affilée. En fonction de cela ces traitements devront être pris soit ponctuellement soit quotidiennement, parfois même débutés avant le début de la saison pollinique. "N'hésitez pas à consulter votre médecin qui pourra choisir le traitement en fonction de vos besoins", conseille l'allergologue.

Les familles de médicaments utilisées sont :

Des traitements locaux :

  • Collyres : gouttes dans les yeux
  • Gouttes nasales : Des lavages de nez au sérum physiologique sont souvent utiles. Les corticoïdes locaux (médicaments à base de cortisone) seront utiles pour venir à bout de l'inflammation nasale.
  • Les décongestionnants nasaux responsables d'une accoutumance et d'un effet rebond, voire d'effets cardiovasculaires sont à éviter. A l'extrême, ils ne peuvent être pris que sur de courtes périodes et après avis médical uniquement.

Traitements inhalés de l'asthme : ils sont de 2 types :

  • Les traitements de la crise type ventoline, à prendre au coup par coup quand vos symptômes apparaissent.
  • Les traitements de fond, à base de corticoïdes souvent prescrits matin et soir, lorsque les signes d'asthme deviennent plus fréquents.

"Si vous êtes asthmatique, il est important de prendre ou de reprendre (si vous n'en avez besoin qu'en saison pollinique) votre traitement de fond tel qu'il vous a été prescrit. Si les crises persistent malgré le traitement ou si vous présentez un asthme pour la première fois, consultez rapidement votre médecin afin de mettre en place ou d'adapter le traitement inhalé", avertit la spécialiste.

Des traitements par voir orale :

  • Les antihistaminiques : Utilisés par voies orale, ils bloquent l'activité de l'histamine, une substance chimique libérée par nos cellules lors la réaction allergique qui déclenche la réaction inflammatoire responsable des symptômes.
  • Les corticoïdes par voie orale : Votre médecin vous les prescrira éventuellement, pour une courte durée, si les traitements précédents ne viennent pas à bout de vos symptômes.

Les traitements déconseillés : les décongestionnants nasaux en comprimés

Quelle est la période d'allergie aux pollens ?

"Tous les pollens ne sont pas allergisants. Les différents pollens allergisants sont émis successivement dans l'air extérieur de janvier à octobre", indique l'allergologue. Les premières allergies commencent en février avec les pollens de cyprès, puis arrivent en avril ceux des graminées, du bouleau (surtout au nord de la France) et se poursuivent l'été avec ceux de l'ambroisie

Les principales espèces végétales responsables des allergies sont :

  • les graminées (avril à juillet)
  • le bouleau (avril, surtout au nord de la France)
  • le cyprès (février à avril)
  • l'ambroisie à feuilles d'armoise (août, septembre) 

On distingue 6 grandes familles de pollens allergisants :

  • Les bétulacées : bouleau, charme, aulne, noisetier 
  • Les platanacées : platane 
  • Les fagacées : chêne, hêtre, châtaigner 
  • Les salicacées : peuplier, saule 
  • Les cupressacées : cyprès, thuya, genévrier
  • Les oléacées : frêne, olivier, troène

"La plupart des espèces d'arbres sont présentes en quantités plus ou moins importantes dans toute la France. Certaines sont plus spécifiques du Sud de la France et du pourtour Méditerranéen : le cyprès, le platane et l'olivier", commente le Dr Prince. Le pollen de cyprès "peut être présent dès décembre dans le Sud de la France où il représente la première cause d'allergies respiratoires. Classiquement, il est présent jusque fin juin. En raison de la pollinisation successive des différentes espèces de cyprès, les symptômes peuvent être présents toute l'année. Au niveau des comptes polliniques, on a pu relever jusqu'à 6000 grains de pollens de cyprès/m3. Lors de ces pics intenses, une poussière jaune se dépose sur les surfaces. On parle alors de " pluie de soufre ", remarque la spécialiste.

Quelle est la saison des graminées ?

Responsables du classique "rhume des foins", les graminées sont une grande famille qui comprend plus de 10000 espèces. Elles sont présentes dans toute la France. Elles poussent un peu partout, dans les prairies, en forêt, sur les bords des routes, dans les gazons, dans les champs mais aussi dans les villes. Les principaux pollens de graminées allergisants sont :

  • Graminées fourragères : dactyle, phléole, ivraie, pâturin, fétuque, chiendent. 
  • Graminées céréalières : blé, orge, mais, avoine, seigle.
  • Graminées ornementales, plantées pour leur caractère décoratif : herbe de la pampa, fétuque, baldingère, fromental

"Les pollens de graminées sont responsables de plus de 50% des allergies polliniques et on observe la pollinisation successive des différentes espèces. Cette pollinisation survient dès mi-avril, y compris dans le nord de la France. On observe ensuite un pic de pollinisation de la mi-mai à la fin juillet, décalé jusqu'à la fin août à la montagne. De plus en plus, en raison des températures automnales plus douces, elle se prolonge jusqu'à la fin septembre voire jusqu'en octobre", précise le Dr Prince.

Quelle est la saison de l'ambroisie ?

Ce sont des plantes vivaces composées d'environ 50000 espèces qui se retrouvent en ville, en bordure des routes ou des chemins.
Citons la plus connue : l'ambroisie. Cette plante importée d'Amérique du Nord a d'abord proliféré dans la région Rhône-Alpes mais elle a maintenant tendance à se disséminer dans toute la France en se propageant le long des autoroutes et sur les terrains non entretenus. "Sa pollinisation débute vers la mi-aout avec des pics en septembre et elle dure jusqu'en octobre. Elle provoque des épisodes de rhinite et d'asthme très invalidants", constate la spécialiste. 

 

Quelles huiles essentielles en cas d'allergie au pollen ?

"En raison de leur fort pouvoir allergisant, les huiles essentielles peuvent aggraver les signes d'allergie, en particulier l'asthme", prévient la spécialiste.

Quand se faire désensibiliser ?

"Appelé aussi immunothérapie allergénique (ITA), ce traitement personnalisé prescrit par les allergologues consiste à prendre chaque jour, sous forme de médicament une faible dose du ou des pollen(s) auquel(s) vous réagissez. Cela permet de rétablir durablement une réaction normale de l'organisme lorsqu'il au contact du pollen allergisant et donc l'absence de symptômes", explique le médecin allergologue. Possible chez l'adulte et chez l'enfant à partir de 5 ans, ce traitement peut être proposé aux patients :

  • Si on a identifié (avec des tests cutanés et un bilan sanguin) le ou les pollens en cause.
  • Si les symptômes restent gênants malgré la prise des traitements symptomatiques.
  • Si vous êtes dans cette situation, vous pouvez prendre rendez-vous chez l'allergologue pour déterminer l'utilité de ce type de traitement pour vous ou pour votre enfant.

Quels sont les effets de la pollution sur l'allergie au pollen ?

Le développement des rhinites polliniques constatées au cours de ces trente dernières années est concomitant à la progression constante de la pollution chimique. La pollution urbaine, en particulier l'exposition aux particules diesel, aggrave la toxicité des pollens en fragilisant la surface des grains et en permettant la sortie des protéines allergisantes. Les polluants sont également des facteurs irritants qui provoquent une augmentation de l'hyper-réactivité bronchique, nasale ou oculaire. 

► Météorologie : L'intensité de la pollinisation varie d'une année à l'autre en fonction de la météorologie et de la région. Les conditions climatiques sont déterminantes : 

  • La chaleur et l'humidité augmentent les concentrations de pollens. 
  • Le froid, la sécheresse, ou des pluies importantes les diminuent. 
  • L'ensoleillement et le vent permettent la dissémination de ces grains de pollens.
  • "Les orages : on a constaté depuis longtemps une augmentation du nombre de personnes qui présentent des crises d'asthme juste après les orages, y compris ceux qui n'ont jamais présenté d'asthme. Les charges électriques font éclater les grains de pollens et favorisent la sortie des protéines allergisantes", ajoute le Dr Delphine Prince.

► Réchauffement climatique : "Les hivers de plus en plus doux et les étés plus chauds favorisent des saisons polliniques plus précoces, plus intenses et plus longues… En montagne, la floraison progresse vers les sommets. On retrouve désormais des pollens du sud de la France dans le nord du pays", indique l'allergologue.

► Modifications du paysage : On explique aussi l'augmentation des allergies aux pollens par l'apparition massive d'espèces allergisantes dans le paysage, en particulier urbain. La concentration en pollens dans l'atmosphère peut être telle que les allergies n'affectent plus uniquement les personnes atopiques (les personnes prédisposées génétiquement à l'allergie) mais plus largement la population générale. Ces espèces peuvent être choisies pour des raisons paysagères. On peut citer :

  • Le développement de l'utilisation des graminées à but ornemental.
  • La plantation de haies de cyprès et de thuyas, arbre peu onéreux et à croissance rapide, dans le sud.
  • La plantation massive de bouleaux, arbres au tronc blanc décoratif, dans les parcs urbains du nord.

Il est conseillé aux particuliers comme aux communes de diversifier les plantations et de limiter celle des espèces les plus allergisantes. "Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le Réseau National de Surveillance Aerobiologique (RNSA) qui vous donne des conseils de plantation ", indique l'allergologue. Ou voir, tout comme l'ambroisie leur périmètre s'étendre malgré la volonté de limiter
leur prolifération.

Comment éviter la prolifération de l'ambroisie ? 

  • L'arrachage et la tonte doivent se pratiquer avant la date de floraison, courant juillet en général. 
  • L'aménagement des terrains en friche pourrait éviter à l'herbe de proliférer.

Quelles sont les allergies croisées avec le pollen ?

"L'allergie croisée est une réaction à une substance donnée chez une personne allergique à une autre substance apparentée". Aliments végétaux et pollens présentent souvent des structures moléculaires semblables qui favorisent le développement de ces allergies croisées. Les signes peuvent être plus ou moins sévères allant du simple "syndrome oral" : démangeaisons dans la bouche ou plaques rouges qui grattent autour de la bouche à la réaction anaphylactique qui peut associer difficultés à respirer et/ou malaise ou sensation de malaise. Dans certains cas, la protéine allergisante peut être détruite à la cuisson et l'allergie ne surviendra qu'à l'ingestion d'aliments crus.

Exemples connus : "Dans le nord de l'Europe : environ 50% des allergiques aux pollens de bouleau présentent des allergies alimentaires croisées, souvent à la pomme, à la noisette, à la pêche, et fréquemment à d'autres végétaux crus. Les réactions sont en général peu sévères et elles ne concernent que les végétaux crus. Les protéines responsables sont des protéines détruites à la cuisson de la famille des PR10", explique le Dr Delphine Prince. Dans le sud de l'Europe : en particulier autour du bassin méditerranéen, les réactions à la pêche et à d'autres fruits à noyaux peuvent être sévères et généralisées et elles concernent aussi les formes cuites. Les protéines responsables sont des protéines de la famille des LTP, protéines présentes dans de nombreux aliments et pollens. "Il est nécessaire de prendre l'avis d'un allergologue si vous avez déjà présenté ce type de réactions. L'allergologue pourra évaluer votre risque de présenter une réaction sévère et il pourra vous indiquer quels sont les aliments interdits ou permis et sous quelle forme", recommande la spécialiste.

Merci au Dr Delphine Prince, allergologue.

Leave a Reply